En bref
• Rhino-pharyngites à répétition.
• Convalescences qui traînent.
• Eczémas chroniques.
• Rhumatismes chroniques.

Origine du remède
L’iodure de soufre.

Actions dominantes
Conditionnées par la présence de soufre qui nous renvoie à Sulfur et
par la présence d’iode qui entraîne un gonflement des ganglions et des tissus lymphatiques. Le remède n’est cependant pas utilisé aussi largement que Sulfur.

Signes secondaires
Hypertrophie chronique des amygdales. Toux violentes avec mucosités abondantes et épaisses. Aggravation par la chaleur et l’effort. Amélioration par l’air frais.

Modalités d’utilisation
1. Les rhino-pharyngites à répétition. Les angines.
2. L’acné Juvénile.
3. Les eczémas chroniques.
4. Les amaigrissements avec augmentations des ganglions.
5. Les rhumatismes chroniques. Nota : on utilisera Sulfur iodatum de préférence à Sulfur chez des sujets présentant un état général déficient.

Domaine d’action
• Les défenses immunitaires.
• Le métabolisme général.

Synergie possible
Arsenicum iodatum. Kalium bromatum, Hepar sulfur.

Commentaires