En bref
• Remède majeur (polychreste).
• Inflammation des muqueuses.
• Rhino-pharyngites à répétition.
• Mauvaise circulation. Varices.
• Digestion lente.

Origine du remède
La plante entière fleurie de l’anémone pulsatille.

Actions dominantes
Inflammation des muqueuses avec écoulement jaune, épais, non irritant et congestion veineuse surtout aux extrémités.

Signes secondaires
Douleurs changeantes : « Tout est variable chez Puisatilla. » Désirs de fraîcheur, de grand air, d’aliments frais. Aversion pour les aliments chauds et gras. Digestion lente et difficile. Ballonnements, renvois. Diarrhées avec selles extrêmement variables (jamais deux selles semblables). Rhumes fréquents avec perte de goût et de l’odo-
rat. Enrouement capricieux. Toux sèche la nuit, grasse le jour. Règles en retard, peu abondantes, de sang noir. Ecoulement plus abondant le jour que la nuit. Douleurs dans les reins au moment des règles. Leucorrhées épaisses, jaunâtres. Varices avec petites douleurs lancinantes. Extrémités rouge violacé. Éruption du type de la
rougeole. Aspects marbré, cyanose et violacé des engelures et de certains ulcères. Aggravation par la chaleur, dans une chambre chaude, par le repos, par les aliments gras, à la puberté, le ma-
tin, le soir, au début du mouvement. Amélioration par le grand air, par les applications froides, par le mouvement lent, par la consolation, la sympathie.

Modalités d’utilisation
1. Digestion lente avec ballonnements.
2. Rhino-pharyngites à répétition. Bronchites itératives. Bronchites à
la phase d’expectoration. Otites purulentes.
3. Troubles des règles de la puberté. Leucorrhées épaisses, jaunâtres.
Ovarites.
4. Varices, ulcères variqueux et mauvaise circulation des extrémités.
5. Engelures.

Domaine d’action
• Système digestif.
• Système veineux.
• Système génital.
• Sphère O.R.L.
• Psychisme.

Synergie possible
Ignatia, Gelsemium, Sepia, Natrum muriaticum.

Type sensible
Le sujet Pulsatilla est préférentiellement une femme très émotive, timide parfois jusqu’à l’extrême, en quête de protection et d’amour. Elle ne vit que dans la dépendance d’un ou de plusieurs autres car elle a peur de la solitude qu’elle vit comme un abandon. Cette avidité affective la pousse, même adulte, à se laisser « dorloter » par sa
mère ou son conjoint. Cependant, dans un environnement protecteur, elle saura exprimer ses possibilités avec courage, générosité et même obstination. D’aspect assez frêle, facilement
frileuse, elle rougit à la moindre émotion. Elle aime le grand air et souffre dans une pièce surchauffée. Sujette aux troubles du système veineux, elle présente facilement des extrémités rouges et bleutées, froides, voire glacées, et des engelures.

Commentaires