En bref
• Remède des muqueuses : entérocolites avec diarrhées jaillissantes,
broncho-pneu mopathies aggravées par l’humidité.
• Action sur les troubles articulaires (rachis lombaire, genou, hanche)
• Action sur les traumatismes du crâne et du rachis.

Origine du remède
Le sulfate de sodium.

Actions dominantes
Irritation des muqueuses digestives et respiratoires. Enraidissement général des articulations. Verrues. Dépression.

Signes secondaires
Excrétions jaunâtres, épaisses et irritantes. Langue couverte d’un en-
duit brun et amer. Démangeaisons au déshabillage. Ballonnements
avec coliques et diarrhées au lever, surtout après le petit déjeuner.
Grande soif de boissons très froides. Aversion pour la viande et le pain. Aggravation par toute forme d’humidité. Amélioration par temps sec, après une selle abondante, en changeant de position.

Modalités d’utilisation
1. Les entérocolites avec selles diarrhéiques jaillissantes, aqueuses avec beaucoup de gaz. Les alternances de diarrhées et constipation.
2. Les broncho-pneumopathies aggravées par l’humidité avec sécrétion bronchique épaisse jaune verdâtre, abondante et douleur caractéristique à la base du poumon. L’asthme avec expectoration.
3. Les douleurs articulaires aggravées par l’humidité avec localisation
préférentielle au rachis lombaire, aux genoux, à la hanche droite et aux chevilles.
4. Les suites de traumatisme du crâne et du rachis.
5. Les altérations de la peau avec de larges plaques très fines, translucides.
6. Les états dépressifs.

Domaine d’action
• Appareil respiratoire.
• Appareil digestif et intestinal.
• Système nerveux central.
• Système articulaire.

Synergie possible
Natrum carbonicum. Dulcamara, Rhus toxicodendron, Ruta, Arnica.
Type sensible Sujet corpulent, adipeux, infiltré de cellulite surtout au niveau de l’abdomen, des fesses, des cuisses. Il est mou et lent mais aime changer de position. Très sensible au froid humide, il est très frileux, triste et déprimé.

Commentaires