En bref
• Grand remède d’action générale.
• Hypersensibilité paradoxale.
• Anxiété paradoxale.
• Spasmophilie.
• Le trac sous toutes ses formes.

Origine du remède
Les graines de la fève de Saint-Ignace.

Actions dominantes
Hypersensibilité de tous les organes des sens (surtout l’audition). Hypersensibilité psychique aux émotions. Tendance aux spasmes. Mauvaise coordination des différentes fonctions de l’organisme.

Signes secondaires
Symptômes contradictoires et paradoxaux. Sensation de boule dans la gorge. Précipitation anxieuse. Soupirs involontaires. Bâillements spasmodiques. Sensation de faiblesse générale, vide au creux de l’estomac vers 11 h du matin. Douleurs soudaines, fugaces. Migraines à type de clou enfoncé dans la tête. Aggravation par les émotions, les chagrins, les contrariétés, le matin vers 11 h, les odeurs  fortes (tabac, café, parfums), la consolation, le surmenage. Amélioration en changeant de position, par la distraction, la chaleur, la pression forte.

Modalités d’utilisation
1. Remède de l’hypersensibilité nerveuse chez des patients un peu « écorchés vifs » dont les nombreux symptômes changent continuellement.
2. Spasmophilie.

Domaine d’action
• Système nerveux central.
• Psychisme.

Synergie possible
Gelsemium, Staphysagria, Pulsatilla.

Type sensible
C’est un anxieux paradoxal, un instable pulsionnel. La disproportion
est permanente entre l’intensité des réactions qu’il manifeste et la cause réelle qui les provoque : ainsi, une contrariété insignifiante déclenche chez lui une crise de nerf cataclysmique, alors qu’un choc émotionnel dramatique, comme la mort d’un être cher, ne suscitera que des réactions minimes. On le rencontre fréquemment dans
des emplois stables de fonctionnaires qui représentent alors pour lui un repère de sécurité. Il n’y a pas un physique particulier pour le sujet Ignatia. Cette variabilité paradoxale de l’humeur peut se voir chez de très nombreux types morphologiques. Il est aussi très fréquent de rencontrer des sujets d’un autre type qui, à un moment donné de leur vie, présentent un comportement similaire sans pour autant justifier l’utilisation permanente de ce remède. Lors des phases difficiles d’adaptation, nombreux sont les gens qui décompensent et expriment des symptômes du type qui vient d’être décrit.

Commentaires