Il n’y a pas de mystère. Quelle que soit la façon dont on prend le problème, on revient toujours à la même équation : celle des entrées et des sorties. On grossit parce qu’on totalise trop « d’entrées », pour pas assez de « sorties ». Trop souvent, on part du principe qu’il vaut mieux limiter les entrées, au point parfois de cesser de s’alimenter, ou en tout cas de manger très insuffisamment. C’est la mauvaise solution à tout point de vue. Parmi les multiples raisons pour lesquelles « manger moins » n’est pas une bonne idée, nous pouvons lister :
• Moins on mange, plus le corps stocke dès qu’il en a l’occasion.
• Moins on mange, moins on a de chance d’atteindre son quota d’apports en protéines (minceur-vitalité), en vitamines (santé, coupefaim), en graisses (protectrices, antidéprime).
• Moins on mange, moins on a de forces pour bouger, donc moins on bouge, donc plus on grossit, donc moins on mange… on va jusqu’où comme ça ?

Donc, compter à la calorie près ce qu’on ingurgite n’a aucun sens, sauf cas exceptionnel, par exemple si vous dévorez tout sur votre passage.
En majorité, on ne mange pas « trop » mais « mal ». Par exemple, on se fait avoir dans les grandes largeurs si on croit que :
• Une part de quiche + une salade, c’est bien, alors que c’est une mine de graisses.
• Manger des tonnes de pain, de pâtes ou de riz « coupe l’appétit ». En réalité, on avale surtout des tonnes de sucres à index glycémique élevé (anciennement «< sucres rapides ») qui, en plus, ballonnent et vont se stocker sous forme de graisses… eh oui !
• Mieux vaut manger une pomme que deux carrés de chocolat, car on entre par la grande porte dans la spirale dévastatrice de la frustration, pourvoyeuse essentielle de kilos superflus.
• Les « sucres lents >» font maigrir. On sait maintenant que les « bons sucres » ne sont pas ceux que l’on croyait !
• Il faut s’interdire toute goutte de vinaigrette ou toute amande sous prétexte que « c’est calorique ». Les huiles de colza et d’olive ainsi que les fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes…) apportent des « bons » gras qui aident même à maigrir !
• Etc.

Bref, on croit plein de choses fausses, et voilà le résultat : une balance rétive à toute amélioration. Pour ne plus se laisser embrouiller, voici les grandes lignes d’une alimentation minceur, santé, forme. Rien qu’en les appliquant, tout ira nettement mieux.

Commentaires