En bref
• Vertiges.
• Paralysie.
• Induration des ganglions et des glandes.
• Impuissance.

Origine du remède
La partie aérienne en fin de floraison de la grande ciguë.

Actions dominantes
Troubles de la vue, vertiges, paralysie ascendante et mort par atteinte
des muscles respiratoires (conscience conservée). Induration des ganglions et des tissus glandulaires, surtout génitaux : seins et testicules.

Signes secondaires
Impuissance avec désir sexuel intense. Sueurs abondantes dès le début du sommeil. Très grand désir de sel. Grande soif. Larmoiement intense avec crainte de la lumière. Aversion pour le lait et le pain. Aggravation par la continence sexuelle, le froid, la nuit, l’alcool, la lumière artificielle, couché (pour les vertiges). Amélioration par la chaleur.

Modalités d’utilisation
1. Les vertiges.
2. L’impuissance par abstinence.
3. L’asthénie nerveuse, suite de continence.

Domaine d’action
• Appareil de l’équilibre.
• Système nerveux.
• Système glandulaire.

Synergie possible
Argentum nitricum, Agnus castus, Phytolacca.

Type sensible
Il s’agit souvent d’un sujet âgé, fatigué, congestif et déprimé qui n’aime pas la contradiction. Mais le remède est souvent actif sur les vertiges quel soit l’âge.

Commentaires