Nos hommes aussi vieillissent. Eh oui ! Et eux aussi subissent des dérapages hormonaux, certes moins spectaculaires que ceux de leur compagne. Quelques kilos peuvent les attendre au tournant… et s’il n’y avait que ça… Mais encore ?
• L’andropause (équivalent de la ménopause) s’étale entre 45 et 70 ans, voire plus. Le plus souvent, l’âge « crucial » tourne autour de
60 ans. Mais contrairement à la ménopause, qui survient relativement « brusquement », la baisse hormonale masculine s’installe plus sournoisement, imprimant lentement sa marque sur la composition corporelle.
• La prise de poids peut aller jusqu’à l’obésité. Enrayez le problème avant qu’il ne prenne des proportions inquiétantes !
• Pour des raisons hormonales, le corps masculin en vient à ressembler, par certains aspects, à celui de la femme : la graisse abdominale se concentre vers les fesses, les cuisses, le bas du
corps, et même les seins.
• Mêmes contraintes que madame, mêmes réponses : de l’activité physique pour améliorer la silhouette et la santé, pour raffermir le squelette et les muscles, etc. Le jardinage ou la marche soutenue sont très bien, si vous n’aimez rien d’autre.
• Plus on grossit, plus on ronfle, plus on risque des troubles respiratoires et du diabète. À surveiller de près.

A RETENIR

  • Comme pour la femme, un traitement hormonal substitutif peut être envisagé (il s’agit surtout de testostérone dans ce cas). À voir impérativement avec un médecin spécialiste en endocrinologie.
  • Attention au sel, au gras, à l’alcool. Modération !
  • C’est le moment de découvrir le potentiel gastronomique des légumes, si vous êtes plutôt du genre frites-pâtes.
  • Plus on vieillit, moins on tolère de régime et moins il est efficace. Ne laissez pas les kilos s’installer, c’est encore le plus simple !

 

Pourquoi, comment ?
Un peu de ventre ? Quelques difficultés inhabituelles à digérer ? Moins de désir, plus de siestes ? Un peu plus de lenteur à tout faire ? Les signes de l’andropause sont insidieux et ne s’installent que peu à peu. Rien ne sert de les nier, il vaut mieux les combattre.
– Vous commencez à avoir le ventre d’un buveur de bière, vous qui n’en avalez pas une goutte. Vos digérez mal, êtes ballonné dès le début du repas, vous sentez toujours moins en forme entre 16 h et 20 h. En plus, votre libido est à la baisse.
•  La solution . LYCOPODIUM 9 CH, 2 granules 3 fois par jour.
– Vous piquez du nez irrémédiablement après les repas, que vous avez tendance à prendre plus copieux, et un peu plus arrosés.
•   La solution : NUX VOMICA 5 CH, 2 granules 3 fois par jour.
– Vous vous sentez en panne intellectuellement. Plus lent à réagir, moins affûté dans le raisonnement, desservi par une mémoire parfois chancelante.
•  La solution : PHOSPHORICUM ACIDUM 9 CH, 2 granules 3 fois par jour.

DANS TOUS LES CAS

Pour lutter contre le ralentissement hormonal, physique et intellectuel, prenez :
BARYTA CARBONICA 9 CH, 1 dose par semaine.

 

 

Commentaires